Français

Farming First

L’Agriculture d’abord

Renforcer le Développement Durable par l’Agriculture

Faire face au besoin général de nourriture, de fourrage, de fibres et de carburant exige un plan d’action global pour augmenter la production agricole de manière économiquement réalisable,  socialement responsable de manière durable et dans le respect de l’environnement.

Les agriculteurs sont au cœur de la solution : ils produisent les récoltes, gèrent les terres et protègent la biodiversité. La population mondiale a presque triplé depuis 1950. D’ici 2030 il y aura 1,7 milliards  d’habitants de plus sur la planète, la plupart se trouvant dans les pays en développement. Pour faire face à cette réalité, les agriculteurs ont besoin de doubler, voire tripler, la production de nourriture d’ici 2050.

Cependant, les politiques agricoles ont négligé le rôle central que les agriculteurs, en particulier les petits producteurs et les femmes, doivent jouer pour faire du développement durable une réalité. Les défis du développement sont impressionnants. Le ratio de terre arable par habitant devrait chuter de presque 55% d’ici 2030. En 2025, 1,8 milliards de personnes devront faire face à une pénurie d’eau intense et simultanément, le changement climatique mettra en danger l’approvisionnement en nourriture au niveau régional et mondial. Les modes de vie et le bien-être de millions de personnes dans les pays en développement seront menacés.

Les Principes

Téléchargez les principes
(c) IISD/Earth Negotiations Bulletin
1- Protéger les  ressources naturelles. La gestion des terres doit être améliorée par l’adoption généralisée de pratiques durables d’utilisation des terres.

•    L’agriculture de conservation  doit être généralisée pour prévenir l’érosion et la dégradation des sols
•    Gérer de façon plus efficace les ressources en eau et leur utilisation
•    Protéger les habitats naturels et la biodiversité au travers d’une approche intégrée des écosystèmes
•    Fournir des incitations pour améliorer les services d’écosystèmes
•    Promouvoir une gestion durable des produits chimiques, y compris au travers d’une amélioration des conditions de sécurité et de sante des ouvriers agricoles

2- Partager les connaissances. Alors que la plupart des connaissances nécessaires à l’amélioration de l’agriculture mondiale existent déjà, y compris au sein des communautés indigènes, ces connaissances ne parviennent souvent pas aux agriculteurs qui en ont le plus besoin.

•    Accroître le niveau d’éducation des agriculteurs, y compris des femmes et des ouvriers agricoles, sur la gestion des récoltes et des ressources naturelles
•    Mettre en place des mesures conséquentes pour éliminer le travail des enfants et s’assurer que les enfants bénéficient de conditions de travail décentes et d’accès a l’éducation
•    Promouvoir le développement de centres de connaissance au niveau des villages
•    Fournir aux agriculteurs, y compris aux femmes et aux jeunes agriculteurs, un accès aux technologies de l’information pour qu’ils reçoivent des informations sur la météorologie, les cultures, les marchés, ainsi que d’autres systèmes d’avertissements pour les aider à prendre les bonnes décisions pour augmenter leur productivité durablement.
•    Etablir des échanges ouverts et transparents qui prennent en compte « la voix des agriculteurs» dans la formulation et la mise en œuvre des politiques agricoles

3- Construire l’accès et les capacités au niveau local. Les agriculteurs, y compris les femmes et jeunes agriculteurs, doivent avoir accès à des ressources fondamentales afin de gérer leur cycle de production efficacement et à moindre coût.

•    Sécuriser l’accès à la terre et aux ressources en eau, notamment pour les femmes agricultrices,
•    Développer l’accès aux services de microfinance, en particulier de microcrédit
•    Construire des infrastructures – en particulier routes et ports – pour favoriser l’accès des agriculteurs aux  moyens de production
•    Mettre en place des programme d’apprentissage en gestion, opération et maintenance des infrastructures au niveau local et regional
•    Améliorer l’accès aux intrants agricoles et services, y compris aux outils mécaniques, semences, engrais et produits de protection des plantes.
•    Encourager la coordination entre les différents acteurs locaux afin d’assurer que les informations et moyens de production parviennent aux agriculteurs
•    Investir dans la bioénergie là où elle peut contribuer à la sécurité énergétique et au développement rural de façon durable.

4- Protéger les récoltes. Dans un grand nombre des pays les plus pauvres, 20 à 40% des récoltes sont perdues à cause de mesure pré- et post-récolte inadéquates. D’importantes quantités de nourriture sont également gâchées durant les différentes phases de production et consommation de la chaîne alimentaire.

•    Construire des équipements locaux de stockage et de transport, incluant une chaîne de froid pour la préservation des aliments,
•    Localiser l’application des connaissances agronomiques, l’identification des ravageurs et l’information météorologique,
•    Eduquer le public sur la consommation durable et les besoins et modes de production, y compris sur la nécessité de réduire les déchets alimentaires
•    Fournir des outils de gestion de risque aux agriculteurs pour les aider à gérer les fluctuations du climat et des marchés.

5- Faciliter l’accès aux marchés. Les agriculteurs doivent avoir accès aux marchés pour vendre leurs produits et en recevoir un prix équitable.

•    Fournir l’accès à distance à une information actualisée sur les prix des marchés,
•    Développer des marchés fonctionnels basés sur la transparence de l’information, des prix équitables, des infrastructures saines et des spéculations réduites.
•    Encourager des approches coopératives pour la commercialisation de la production des petits producteurs
•    Améliorer les compétences commerciales des petits producteurs par une formation entrepreneuriale
•    Réduire les distorsions dans les marchés pour améliorer les opportunités pour tous les acteurs dans le monde agricole.

6- Etablir des priorités pour la recherche. Une agriculture durable exige une recherche permanente et intensive donnant la priorité aux cultures  adaptées aux conditions locales, aux techniques de gestion responsable (stewardship), et à l’adaptation au changement climatique.

•    Mener des recherches agronomiques liées a la disponibilité en eau, la fertilité des sols, les pertes post-récoltes et les défis du changement climatique,
•    Mener des recherches sur les variétés culturales dont ont besoin les régions les plus pauvres et les plus vulnérables,
•    Promouvoir une recherche centrée sur les agriculteurs et leurs besoins,
•    Améliorer la productivité par l’utilisation responsable de la science et de la technologie,
•    Encourager les partenariats de recherche public-privé sur des solutions intégrées,
•    Accroitre les investissements des gouvernements et des entreprises pour une politique de Recherche et Développement adaptée.
•    Mener des recherches les usages possibles des dérivés agricoles produits tout au long de la chaine alimentaire.

(c) IISD/Earth Negotiations Bulletin

Un plan d’action

Farming First est un plan d’action visant à encourager les acteurs politiques et les praticiens à développer une chaîne de valeur locale durable pour l’agriculture mondiale. Il met l’accent sur l’établissement de réseaux de connaissance et de politiques visant à aider les petits producteurs à devenir de petits entrepreneurs. Ce plan propose six grands principes interconnectés pour le développement durable.

Repositionner les agriculteurs au centre des décisions politiques est fondamental pour le développement durable. Les gouvernements, les entreprises, les chercheurs et les groupes représentant la société civile doivent concentrer leur attention sur la source de notre sécurité alimentaire. Tous ces groupes doivent travailler ensemble pour permettre à des millions de foyers ruraux et agricoles, en particulier aux petits producteurs, de produire de manière durable grâce à des circuits commerciaux efficaces, à une collaboration scientifique plus soutenue et à un engagement pour le partage des connaissances.

Une approche du développement agricole globale et centrée sur la connaissance est nécessaire. Cette approche doit viser les agriculteurs, les outils et les informations dont ils ont besoin pour gérer les terres, cultiver, récolter et enfin commercialiser leur production. Alors que les technologies agricoles et de gestion modernes ont permis de doubler la production de calories alimentaires au niveau mondial durant les cinquante dernières années, beaucoup de petits producteurs parviennent à peine à atteindre un niveau élémentaire de subsistance.

De nouveaux investissements, incitations et innovations sont nécessaires pour assurer une plus grande durabilité sur le plan environnemental et social, tout en permettant d’accroitre la production agricole. Ces moyens doivent être mis à disposition de tous les agriculteurs et des ouvriers agricoles, en reconnaissance de leur rôle en tant gardiens de notre environnement, de notre biodiversité et de nos écosystèmes. Un changement radical de pensée doit être initié pour mettre les agriculteurs au centre des pratiques agricoles efficaces et durables.

Cette approche – permettant productivité et durabilité – doit aussi aboutir à un système de production et de distribution plus efficace et équitable. Combiné avec un meilleur fonctionnement des marchés et des infrastructures locales et régionales durables, un système agricole amélioré contribuera à un meilleur développement économique, garantissant la sécurité alimentaire, un travail décent, des prix équitables et une gestion optimisée des terres.

Pour réussir, toute nouvelle approche doit être soutenue par un environnement politique stable dans lequel les agriculteurs peuvent travailler et investir. Ceci exige en retour que nous établissions des cadres politiques et réglementaires à long terme pour le développement agricole, que nous renforcions les aides financières nationales, que nous dirigions l’aide au développement international vers le secteur agricole dans les pays en développement et que nous engagions de larges processus de consultation des acteurs concernés dans la définition et la mise en œuvre de programmes agricoles.

Supporters:

CropLife International
Fédération Internationale des Producteurs Agricoles
Le Conseil International pour la Science
Association Internationale de l’Industrie des Engrais

Pour consulter l’information la plus récente, visitez le site web : www.farmingfirst.org/supporters